Ils soutiennent l'édition spéciale du Festival de la Fiction

Face à une crise d’une nature et d’une ampleur inédites, le monde de la culture fait preuve d’une remarquable capacité à se réinventer. Rendez-vous incontournable des professionnels de toute une filière, le Festival de la Fiction propose une édition 2020 exceptionnelle par sa localisation, son format et son programme. Je tiens à remercier l’Association du Festival de la Fiction d’avoir oeuvré afin de maintenir, dans le contexte actuel, cet espace d’échanges plus que jamais essentiel pour envisager l’avenir de la création.

Les pouvoirs publics sont pleinement mobilisés pour soutenir la création et accompagner la reprise de l’activité. Dès le début de la crise sanitaire, le ministère de la Culture a mis en oeuvre des mesures d’urgence pour le secteur, comme le fonds d’indemnisation et de garantie, géré par le CNC, qui a permis la reprise des tournages. Et nous serons là à nouveau pour permettre la relance.

La programmation de cette édition du Festival de la Fiction témoigne de la diversité et de la richesse de la fiction française. Elle donnera également l’occasion de débattre d’enjeux majeurs tels que la représentation de la diversité ou le développement durable. Pour que ces exigences soient effectivement intégrées aux pratiques des professionnels de la filière, l’heure est venue de consolider notre action collective.

Je vous souhaite, à toutes et à tous, d’enrichissantes rencontres.

 

Roselyne Bachelot-Narquin

Ministre de la Culture

Le partenariat fidèle du Département avec le Festival de la Fiction rappelle le soin particulier qu’il accorde à la filière audiovisuelle en Charente-Maritime. En cette année particulière, il a à coeur de soutenir cette édition spéciale, brillamment revisitée par les organisateurs pour faire de ce traditionnel rendez-vous l’événement de la rentrée audiovisuelle.

Le programme éclectique de ces journées aux Folies Bergère s’annonce passionnant avec des rencontres et des projections qui vont faire la part belle à la vitalité artistique d’un secteur de plus en plus prisé par le public, qui aura le bonheur de découvrir des oeuvres inédites lors d’un Festival Hors Saison exceptionnel qui se tiendra en décembre 2020 à La Rochelle.

Le Département entend poursuivre son engagement aux côtés de la filière audiovisuelle avec son dispositif d’aide au développement cinématographique, audiovisuel et multimédia et en accompagnant les nombreux festivals qui se tiennent tout au long de l’année sur son territoire et qui témoignent de l’incroyable engouement populaire pour la fiction.

Véritable « terre de tournage » appréciée des réalisateurs et des producteurs, la Charente-Maritime est fière de pouvoir bénéficier d’une telle vitrine qui contribue à sa renommée….

Excellentes émotions cinématographiques à toutes et tous.

 

Dominique Bussereau

Président du Département de la Charente-Maritime et de l’Assemblée des Départements de France Ancien Ministre

Grand rendez-vous audiovisuel de la rentrée, le Festival de la Fiction est pour les professionnels, l’occasion de se retrouver, et de découvrir le meilleur de la création française et européenne.

Initialement prévue du 16 au 20 septembre 2020 à La Rochelle, la 22ème édition du Festival de la Fiction se retrouve elle aussi bouleversée par la situation sanitaire liée à la COVID-19. Avec le soutien de la Ville, il en sera donc autrement pour cette année. L’association relocalise le Festival à Paris à travers une édition spéciale qui se tiendra du 16 au 18 septembre. Pour ces trois jours, uniquement dédiés aux professionnels, il investira un lieu emblématique : les Folies Bergère. Au programme : des projections événements d’oeuvres inédites de création française, des débats, des tables rondes, des rencontres… La Rochelle accueillera dans un second temps, en décembre, une édition Hors Saison à laquelle le public sera convié.

En 20 ans, le Festival de la Fiction est devenu un acteur incontournable de l’audiovisuel européen. Avec pour ambition de devenir le premier territoire français « zéro carbone », La Rochelle et ses espaces préservés sont devenus la terre d’accueil de grands tournages. C’est sur ce territoire, ambitieux et résolument tourné vers la préservation de son environnement que se sont tenus bon nombre d’éditions précédentes. Nous nous retrouverons bientôt à La Rochelle pour faire vivre le petit écran de demain.

D’ici là, je vous souhaite de belles rencontres et de fructueux échanges à Paris, et donne rendez-vous au grand public à La Rochelle, en décembre, dans le cadre du Festival de la Fiction Hors Saison.

 

Jean-François Fountaine

Maire de La Rochelle Président de la Communauté d’Agglomération

Que vive la fiction audiovisuelle dans le monde d’après !

Avec cette 22ème édition, la « Fiction francophone » ne fera pas escale à La Rochelle, son port d’attache historique, mais va s’amarrer durant 3 jours à Paris, pour convoquer sous toutes ses formes débats et projections de fiction TV…

Ce « rendez-vous 2020 » s’inscrit bien dans un contexte particulier. La pandémie de la COVID-19 est passée par là. Et cette séquence dure et folle que nous avons vécu et vivons encore ensemble a comporté de nombreux éléments de rupture.

Il y a eu ces lieux précieux que sont les salles de cinéma que nous n’avons pu fréquenter. Leur réouverture est toute récente. Il y a eu ces tournages de séries stoppés. Il y a eu ces gens aimés, qui tout à coup ont été éjectés de nos vies avec le confinement. Il y a eu ces rencontres auxquelles il a fallu renoncer, notamment la confrontation artistique, avec un monde de la Culture qui a été le premier à devoir cesser toute activité et qui sera certainement le dernier à pouvoir reprendre une activité normale… tant de choses se sont rompues en quelques semaines.

La confusion s’est installée quand la distanciation sociale a pris le pas sur la distanciation physique. Pourtant si les personnes ont respecté les gestes barrières, le lien social et l’aspiration au collectif sont eux plus que jamais revendiqués. Face à ce sentiment d’un besoin d’horizon commun, dans ce monde d’après qui doit se faire jour, dans cette urgence de se retrouver, la parole des créateurs nous est essentielle.

Garantir cette liberté de création audiovisuelle, et la pluralité d’oeuvres porteuses de valeurs, voilà les combats communs que nous menons fidèlement au côté du Président Stéphane Strano et de l’équipe du Festival.

 

Alain Rousset

Président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine

Il était très important que le Festival de la Fiction se tienne cette année. Je salue son équipe qui a tout fait pour proposer, malgré toutes les difficultés dues à la crise sanitaire mondiale, une édition exceptionnelle à Paris pendant trois jours. Professionnels, pouvoirs publics, collectivités, nous avons besoin de nous retrouver pour organiser ensemble la relance de notre industrie audiovisuelle.

Nous avons répondu présent tous ces derniers mois : au-delà de la continuité de l’instruction des demandes d’aides et de leur versement, nous avons créé deux fonds de solidarité pour les auteurs en partenariat avec la SACD et la SCAM, permis la mobilisation de manière anticipée des comptes automatiques à hauteur de 30 %, annulé la taxe sur les entrées en salles pour les mois de février et mars, lancé un appel à projet dédié pour aider les industries techniques, ou encore maintenu les subventions aux festivals annulés… Nous avons aussi inventé un fonds public doté de 50 millions d’euros, complété par l’intervention d’assureurs mutualistes, pour assurer les tournages contre les conséquences éventuelles de la COVID-19.

Mais la crise sanitaire a accentué les grandes mutations du secteur avec, d’une part, l’hégémonie de plus en plus forte des plateformes par rapport aux acteurs traditionnels et, d’autre part, le public qui, ayant accès à des oeuvres du monde entier, s’avère de plus en plus exigeant.

La transposition de la directive « services de médias audiovisuels » en droit français, qui sera effective à la fin de l’année, va nous aider à répondre à ces enjeux, car elle permettra de pérenniser le financement de notre création audiovisuelle et cinématographique et, par là-même, de garantir notre souveraineté industrielle et culturelle. Par ailleurs, la revue générale des soutiens du CNC, initiée en janvier 2020, va permettre de redéployer nos moyens d’intervention pour accompagner la créativité et le renouvellement des talents, et mieux soutenir les oeuvres les plus audacieuses.

Excellent Festival de la Fiction à toutes et à tous !

 

Dominique Boutonnat

Président du CNC

L’année 2020 restera dans les mémoires. Et deviendra certainement une source d’inspiration inépuisable pour les auteurs, les réalisateurs et les producteurs du monde entier. Les fictions qui seront présentées au Festival de la Fiction de La Rochelle dans les années qui viennent en porteront la trace. Mais cette année doit aussi permettre à la créativité et à la diversité des talents, français, européens, internationaux de se révéler, de s’affirmer, de se revendiquer. C’est la mission essentielle que le Festival de la Fiction s’assigne tous les ans. C’est le challenge inédit qui doit être relevé cette année encore.

Bien entendu le Festival de la Fiction de La Rochelle a dû se réinventer. Comment rester cette précieuse vitrine sans pouvoir accueillir largement tous les spectateurs ? Comment proposer un regard renouvelé sur la richesse, la créativité de la fiction télévisuelle ? Comment rendre compte de la vitalité, de l’inventivité de cette production qui sait muter, s’hybrider, se confronter ? Dans un contexte culturel, économique et social ébranlé, les talents et les entrepreneurs de la production audiovisuelle indépendante, elle aussi affectée par une réorganisation profonde des équilibres internationaux, vont déployer toute leur créativité. Le Festival de la Fiction de La Rochelle saura réinventer son rôle essentiel de chambre d’écho unique, de vitrine éclatante, de laboratoire inédit.

Nous souhaitons que cette édition singulière permette à tous les participants de se projeter vers un futur de diversité, de découverte et de collaboration intense.

La PROCIREP souhaite à tous, public et professionnels, une édition 2020 enthousiaste et réinventée.

 

Blanche Guichou

Présidente de la Commission

Télévision de la PROCIREP

La Sacem, Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, se réjouit d’être partenaire du Festival de la Fiction de La Rochelle.

Au mois de septembre, ce festival est l’un des rendezvous à ne pas manquer du calendrier audiovisuel en Europe. Il a bâti sa renommée sur la qualité de sa programmation, la diversité des événements proposés et sa capacité à valoriser les créations sous toutes leurs formes .

Séries, téléfilms, programmes courts, web-fictions… Dans leur belle diversité, les oeuvres audiovisuelles sont riches de la créativité de celles et ceux qui les font naître. Au coeur de ces créations, la musique tient une place essentielle : elle donne le ton, rythme l’histoire, installe une ambiance, marque un style ou une époque, intensifie les émotions…

La Sacem compte parmi ses membres, un grand nombre de compositeurs de musique pour l’image ainsi que 3000 auteurs-réalisateurs. Nous apportons, chaque année, un soutien indéfectible à la création musicale pour l’audiovisuel. Accompagner les carrières artistiques, favoriser la diffusion des oeuvres et le renouvellement des répertoires, appuyer l’émergence de nouveaux talents et l’insertion des jeunes professionnels figurent parmi nos priorités.

Cette 22ème édition du Festival de la Fiction témoignera, une nouvelle fois à nos côtés, des liens forts qui unissent la musique et l’image.

Bon festival à toutes et tous.

 

Bruno Lion

Président du Conseil

d’administration de la Sacem

En cette année particulière, bouleversée par la pandémie de COVID-19, la SACD renouvelle son soutien au Festival de la Fiction de La Rochelle.

Les professionnels de la fiction sont plus que jamais encouragés à être originaux, visionnaires et bien sûr solidaires.

Que l’atmosphère stimulante du Festival de la Fiction puisse s’exporter quelques jours, et avec les précautions d’usage, aux Folies Bergère, afin de réfléchir ensemble aux moyens d’affronter cette situation inédite !

L’année est déstabilisante pour nous tous et nous demande une réactivité exceptionnelle. Dès la mi-mars, la SACD a su réagir par la mise en place très rapide de fonds de solidarité, autonomes ou en partenariat, notamment avec le CNC. Depuis mars, ce sont près de 700 auteurs qui ont été soutenus par ces fonds d’urgence, hors action sociale. Nous voulons saluer l’exceptionnelle réactivité du personnel de la SACD, que les membres du conseil ont pu voir se dévouer, plus que jamais, aux auteurs de chaque répertoire.

Cette année encore, la SACD défend nos intérêts communs lors des négociations interprofessionnelles. En période de confinement, les conférences Zoom ont remplacé les salles de réunion et les auteurs ont fait entendre leur voix. Nous attendons la signature d’accords plus justes et valorisant davantage nos créations, tout en restant sensibles aux difficultés financières et logistiques exceptionnelles, rencontrées par les productions.

Notre union fera toujours notre force !

 

Séverine Jacquet et Laurence Katrian

Coprésidentes de la Commission télévision de la SACD

Partenaire fidèle de ce rendez-vous incontournable de la profession qui met en lumière les artistes qui participent largement au succès des productions audiovisuelles, l’Adami a souhaité soutenir cette édition particulière pour porter la voix des artistes interprètes dans un monde qui a, plus que jamais, besoin d’eux.

Car c’est le propre des artistes de nous amener ailleurs, dans un nouveau monde empli de couleurs et d’émotions. Le monde de la création, de l’imaginaire qui sans eux n’existerait pas.

La crise que nous traversons a révélé que, loin d’être superflue, la culture était vitale à tous. Elle a démontré que c’était également un moteur économique d’une rare puissance, comme nous le prouve le succès des plateformes digitales.

Elle incarne mieux encore un pouvoir essentiel que l’humanité entière a partagé dans l’intimité forcée de son confinement : elle est un bienfait de première nécessité. Alors que les artistes-interprètes ont été si durement impactés par l’annulation des tournages et des spectacles, comment dès lors laisser sans réponse la question d’une juste considération de leur contribution à ce bien commun ?

 

Jean-Jacques Milteau

Président du Conseil d’administration de l’Adami

Au mitan d’une année mouvementée pour notre secteur, cette 22ème édition du Festival de la Fiction est l’occasion pour nous de réaffirmer l’importance de la relation qui lie le Groupe TF1 à la création française.

Une relation construite sur le temps long, nourrie d’une ambition partagée avec tous les acteurs de la filière et de confiance, des conditions nécessaires à la vitalité comme à l’équilibre de notre secteur. Une relation qui donnera naissance, cette année, à plus de 20 projets nouveaux, allant de la comédie (Trop jeune pour moi, Belle belle belle) au polar (HPI, Rebecca), en passant par le thriller sentimental (Infidèle, Fugueuse), la saga familiale (Grand Hôtel, Je te promets), ou même le fantastique (Plan B). Le plus engageant de ces projets étant certainement le lancement cet automne de notre second feuilleton quotidien, Ici tout commence. Un défi à la fois éditorial, artistique, humain et industriel. Bref de ceux que l’on aime relever avec vous.

Cette diversité de projets, maintenue en dépit des secousses qui ébranlent notre secteur, fait notre fierté. Tout comme l’exigence croissante que nous mettons dans la qualité de nos productions et dans le choix de castings audacieux, associant jeunes talents et acteurs prestigieux. Sur un marché de plus en plus international, la France doit pouvoir faire entendre sa voix, et donner à voir ses talents et la qualité de son travail. Nous entendons bien tenir notre rôle de leader, et être le fer de lance de cette excellence à la française.

Cette diversité de projets nous permettra également de multiplier les regards portés sur notre propre société, à travers la mise en récit de faits divers qui ont bouleversé les Français (Une affaire française sur la disparition de Grégory Villemin, La traque sur l’enquête et l’arrestation de Michel Fourniret), d’histoires vraies et de destins hors norme (Au-dessus des nuages, Pourquoi je vis), mais aussi le traitement sans détour de sujets de société, comme l’acceptation sociale de la trisomie (Mention Particulière) ou encore la dysphorie de genre (Il/Elle). Une dimension sociétale qui nous tient particulièrement à coeur : à chaque fois que nous développons une fiction en prise directe avec la société, ses préoccupations et ses évolutions, nous donnons matière à réfléchir, à penser, et parfois même à changer les regards. Le monde a besoin d’inspiration positive ? Il ne tient qu’à nous !

Bon festival à tous.

 

Ara Aprikian

Directeur Général Adjoint des contenus du Groupe TF1

C’est un grand bravo et un grand merci que nous voulons adresser cette année plus que jamais au Festival de la Fiction de La Rochelle. Un grand merci pour avoir, dans ce contexte de pandémie et d’incertitudes où tout est bouleversé, pu maintenir ce temps et ce lieu de rencontres et d’échanges professionnels. Les tables rondes, débats, projections seront une occasion quasiment unique cette année de faire un point sur la fiction, sur les difficultés de production en cette période, mais aussi sur la demande, en cette période justement, toujours croissante du public et l’évolution toujours plus rapide de l’offre.

Mais surtout, un grand bravo au Président, Stéphane Strano, et à toute l’équipe, à son équipage, a-t-on envie de dire, d’avoir tenu le cap dans cette tempête. ARTE est heureuse d’y prendre part et d’y faire découvrir une de ses séries événement de la rentrée, No Man’s Land.

En attendant de se retrouver tous plus tard à La Rochelle, et avec le public, qui va nous manquer.

Bon festival.

 

Olivier Wotling

Directeur de la Fiction d’ARTE